Gros plan des appareils d’une chaufferie avec un ingénieur qui y analyse les données des cadrans, tablette numérique à la main.

Stratégie d’intervention du Bas-Saint-Laurent

Portrait et priorités d’une région de près de 200 000 habitants majoritairement concentrés le long du Saint-Laurent

Portrait de la région

Territoire et population

La région compte 197 385 habitants répartis dans 8 municipalités régionales de comté (MRC), soit Kamouraska, Témiscouata, Rivière-du-Loup, Les Basques, Rimouski-Neigette, La Mitis, La Matanie et La Matapédia. Composée de 114 municipalités, la population est concentrée à 60 % le long du littoral. Ses principales agglomérations sont Rimouski (49 281), Rivière-du-Loup (19 645) et Matane (14 206). La région est le lieu de résidence de la Nation des Malécites de Viger.

Économie 

Le PIB régional (2015) était de 7 milliards, 7 % des emplois dans le secteur primaire (3 fois supérieur à la moyenne du Québec), 13 % dans la fabrication et 75 % dans le secteur tertiaire. Le taux de chômage est de 8 %. Les secteurs économiques porteurs sont : les bioressources (le bioalimentaire, la tourbe, l’agroenvironnement, les produits forestiers), l’éolien, les sciences et technologies marines, le tourisme et les produits métalliques et matériaux innovants.

Atouts

La région dispose d’un solide réseau de support à l’innovation qui se déploie dans cinq CCTT, quatre Cégeps et une université (UQAR/ISMER). Le Bas-Saint-Laurent est considéré comme la technopole maritime du Québec. Les ressources naturelles sont abondantes que ce soit pour la tourbe de sphaigne, la biomasse forestière, les produits de la mer, les ressources bioalimentaires, l’énergie du vent ou les paysages à des fins touristiques.

Défis

Les défis de la région portent sur la décroissance démographique, le vieillissement de la population et sur une pénurie anticipée de main-d’œuvre spécialisée.


Priorités d'intervention 2021

  1. Les entreprises appuyées par DEC sont innovantes et en croissance
    • Des mesures seront mises en place afin d’offrir au plus grand nombre d’entreprises l’occasion d’innover, de prendre le virage numérique et de croître, notamment en collaboration avec les centres de transfert technologique. Le bureau d’affaires offrira également le Service de croissance accélérée.
  2. Les entreprises et les régions appuyées par DEC participent à une économie axée sur la croissance propre
    • Le bureau d’affaires accentuera ses interventions directes auprès des entreprises (existantes ou en démarrage) dans les secteurs associés aux technologies propres notamment : l’éolien, les technologies marines et les bioressources. Les centres de transfert disposant d’une expertise dans ce domaine seront associés à cet effort par de l’aide à l’acquisition d’équipements ou, dans certains cas, par la mise en place d’une offre de service au démarrage et au développement d’entreprises.
  3. Les collectivités du Québec bénéficient d’investissements stratégiques qui favorisent leur diversification économique et participent à une économie inclusive
    • Le bureau d’affaires poursuivra son appui aux communautés en difficultés qui ont entrepris des démarches de mobilisation afin de diversifier leur économie. Il soutiendra la création et la croissance d’entreprises qui contribuent à renforcer la base économique régionale, entre autres par la création et le maintien d’emplois. Il contribuera à l’essor du tourisme, un levier de diversification économique, d’une part en supportant les projets qui bénéficient de l’appui de l’industrie touristique régional et qui démontrent un fort potentiel d’attractivité, et d’autre part en aidant à la commercialisation de l’offre touristique sur les marchés hors Québec.
  4. Les peuples autochtones bénéficient des programmes de DEC et participent à la croissance économique du Québec
    • Le bureau d’affaires sera à l’écoute des projets favorisant le développement économique des autochtones sur son territoire.

Contactez-nous

Restez à l'affût des conseils et services de DEC

En savoir plus sur DEC